Articles au fil de l'eau

Le web 2.0 et son jargon

vendredi 6 mai 2011 par Diagnose-TIC - Articles au fil de l’eau
Recommander cette page : E-mail Facebook Twitter Plus de réseaux sociaux

Le web 2.0 s’accompagne d’un jargon particulièrement incompréhensible pour qui n’est pas initié, ce qui le rend d’autant plus obscur. Pourtant ces termes (principalement des néologismes anglo-saxons) recouvrent des concepts qui nous sont maintenant de plus en plus familiers, à travers l’usage quotidien que nous en faisons le plus souvent.

Vous trouverez ici les termes rencontrés les plus fréquemment, ainsi qu’une définition (dans l’usage le plus courant).

RSS Feed : acronyme pour Really Simple Syndication. Le standard RSS représente un moyen simple d’être tenu informé des nouveaux contenus d’un site web, sans avoir à venir réellement le consulter. Le format RSS permet ainsi de décrire de façon synthétique le contenu d’un site web, dans un fichier, afin de permettre son exploitation par des tiers. Le fichier RSS, appelé également flux RSS, canal RSS ou fil RSS, contenant les informations à diffuser, est maintenu à jour afin de constamment contenir les dernières informations publiées sur un site, une rubrique ou même une page.

Wysiwyg : acronyme pour What You See Is What You Get. Désigne les interfaces visuelles qui permettent de voir en temps réel les modifications sur un document, une image, une vidéo etc. Le web 2.0 est fortement associé à des interfaces de type « wysiwyg », ce qui a grandement contribué à son succès auprès du grand public.

Mashup : un Mashup est un site Internet ou une application informatique dont le contenu résulte de la combinaison de plusieurs sources d’information, généralement fournies par des entreprises différentes. Par exemple, un site répertoriant des restaurants avec une carte pour visualiser leur position géographique (et générer un itinéraire) est un mashup.

Ajax : ce n’est ni une marque de détergent, ni un héros mythologique mais une technologie présente dans les navigateurs web et qui permet une mise à jour quasiment en temps réel d’une partie des informations de la page, sans nécessiter une action de l’utilisateur.

Blog : on ne présente plus cet outil fondamental du web 2.0, au succès fulgurant, même s’il a été depuis détrôné par les réseaux sociaux virtuels. Synonyme de journal de bord, ce terme désigne un lieu personnel ouvert au public dans lequel l’utilisateur publie des textes, images, vidéos et sons. Les contenus sont classés de manière antéchronologique et peuvent donner lieu à des commentaires.

Tweet : littéralement « gazouilli ». Il s’agit d’un texte court (moins de 140 caractères) publié par l’intermédiaire du réseau social Twitter. Un tweet permet de communiquer rapidement une information ou un lien à une communauté d’utilisateurs.

Podcast : Un podcast est un flux RSS embarquant un fichier audio ou vidéo. La plupart des radios proposent désormais sur le web des Podcasts qui permettent de réécouter une émission. Au Québec, on parle joliment de « balladodiffusion ».

Wiki : autre brique fondamentale du web 2.0, le wiki est un site Web dont les pages comportent des hyperliens les unes vers les autres et sont modifiables par les visiteurs afin de permettre l’écriture et l’illustration collaboratives des documents numériques qu’il contient. L’exemple le plus célèbre de Wiki est l’encyclopédie collaborative Wikipedia. Wiki est un terme hawaïen qui signifie rapide.

Moblogging : Technologie de publication en situation de mobilité, à partir d’un téléphone portable. Les smartphones intègrent désormais en série des utilitaires de moblogging permettant de publier une photo, un son ou un court texte sur les réseaux sociaux, dans des situations de mobilité.

Microblogging : le microblogging désigne l’activité d’utiliser la fonctionnalité de « statut » dans les réseaux sociaux. Typiquement, ajouter un message de quelques mots sur Facebook ou Twitter est une activité de microblogging (par opposition au blogging qui est la publication de contenus structurés)

Cloud : Désigne l’infrastructure décentralisée sur internet qui permet de stocker des fichiers, d’exécuter des programmes ou de consulter toute information sans support physique. On parle d’informatique « dans les nuages » pour indiquer qu’elle n’a plus de localisation physique particulière et qu’elle est accessible à partir de n’importe quel terminal (ordinateur, téléphone, console de jeux etc.)

Accueil / Qui sommes-nous ? -Offre Formation -Offre Conseil -Références -NOTRE BLOG - Contact - Mentions légales